27 oct. 2013

Les classiques de Tokyo


Les fleurs de cerisier au printemps, les innombrables enseignes lumineuses, les métros bondés de travailleurs cravatés... les classiques de Tokyo émerveillent depuis longtemps les nouveaux visiteurs venus se dépayser dans la capitale nippone. Et on pourrait dire la même chose de quelques établissements brassicoles de la mégalopole depuis environ cinq ans. Avant la croissance fulgurante du nombre de bars à bière spécialisée, il y avait, un peu à l'extérieur du centre-ville, une poignée d'estaminets qui mettaient en valeur la ji-biru, ou bière artisanale locale, de façon spectaculaire. Même si certains connaisseurs locaux semblent délaisser ces établissements au profit de bars à la sélection plus éclectique, ces parents de la scène brassicole locale demeurent des incontournables. Même que certains d'entre eux peuvent toujours se vanter d'offrir la sélection la plus large de ji-biru au Japon!

Popeye's, près de la station Ryogoku

Voici le grand-père de tous les bars à bière spécialisée de Tokyo, jadis le Saint-Graal de toute la scène brassicole asiatique. Bien que moins 'sexy' que les tous jeunes Goodbeer Faucets et Devil Craft, pour ne nommer que ceux-là, Popeye est toujours celui qui est muni du plus grand nombre de fûts (près de 70!). Qui plus est, la majorité de ces fûts proviennent de brasseries japonaises de qualité. Le Popeye's fait peut-être affaires avec les mêmes fournisseurs depuis toujours (en effet, notre première visite en 2007 était très peu différente de celle de 2013 au niveau du menu), il reste que c'est probablement le seul endroit en ville où on est certain de pouvoir trouver au moins une bière de la très bonne brasserie Hidatakayama, ainsi que quelques offrandes d'Outsider Brewing (de l'ancien brasseur de Hakusekikan). Le Popeye's demeure une visite essentielle pour les amateurs de bière de qualité, facilement combinée d'ailleurs à une visite du quartier Ryogoku, là où les lutteurs sumo s'entraînent dans de petites pièces tout près du stade du quartier.

Kura Kura Ji-Beer House, près de la station Kanda

Cet élégant petit bar et restaurant, plus japonais que la moyenne des bars à bière au pays du soleil levant, est une institution en ville. Bien qu'il soit récemment déménagé dans ces nouveaux locaux à l'aura un tantinet huppée, la sélection de ji-biru impressionne toujours et le service amical et professionnel nous donne le goût de revenir. Les serveurs et menus en anglais brillent de par leur absence. Remarquez que si le manque de caractères lisibles ne vous charme pas, le Devil Craft et presque sur le même coin de rue. Même si le Kura Kura peut paraître plus hermétique aux étrangers, n'est-ce pas ce qu'un voyageur de la bière recherche, c'est-à-dire une expérience authentique et non rafistolée pour plaire aux gaijins?

Towers, près de la station Tokyo

Le concept du standing bar étonne habituellement les étrangers lors de leur premier périple au Japon. Essentiellement créé dû au manque d'espace et au prix exorbitant des loyers dans les grandes villes du pays, ce type de bar sans tabourets et d'environ la même envergure qu'un garde-robe 'walk-in' rassemble une poignée de clients le temps d'une bière ou deux. Cheminant entre bureau et restaurant, ou entre bureau et station de métro, le standing bar sert d'arrêt facile pour assoiffés désirant boire une pinte rapidement. Une idée similaire à celle du schwemm en Franconie allemande, par exemple. Au Towers, il y a presque autant de bières en fût qu'il y a de personnes pouvant se tenir épaule à épaule au bar. Et les prix sont bas pour Tokyo en plus.

Ushitora, près de la station Shimokitazawa

Avec le Popeye's, le Ushitora était au début de la révolution microbrassicole japonaise un des porte-étendards du mouvement à Tokyo. Une longue liste de fûts de microbrasseries japonaises avec quelques importations dans un décor étrangement sobre. Les propriétaires possèdent maintenant un 'standing bar' à deux portes du premier Ushitora, avec une série de fûts différents. Au bonheur de tous, on peut commander du menu du standing bar même si nous sommes attablés au bar original. Le quartier de Shimokitazawa n'est pas au centre du Tokyo, mais il reste facilement accessible en métro.

Shinshu Osake Mura, près de la station Shinbashi

Ce minuscule magasin tiré tout droit des années '60 appartient au gouvernement de la préfecture de Nagano et existe uniquement que pour promouvoir les divers alcools et produits typiques à cette région montagneuse du centre du Japon. En plus d'être une expérience mémorable (ce n'est pas à tous les jours qu'on peut se transporter visuellement dans un passé japonais afin d'y boire un verre), on peut y découvrir quantité d'élixirs et de conserves toujours plaisantes à déboucher... sans être capables de reconnaître son contenu, évidemment.


Dans le cadre du prochain billet de notre guide de voyage brassicole au Japon, nous vous transporterons vers Osaka, une autre grande ville nippone à avoir vécu une explosion de bars à bière spécialisée dans la dernière décennie!

1 commentaire:

寿利縁 a dit…

Le Craft Beer Market, à Nishishinbashi, vaut également amplement le détour, avec sa sélection appréciable de microbrassées japonaises des quatre coins du Japon!

https://plus.google.com/117363035525110058724/about?hl=en