3 nov. 2013

Venez nous rejoindre... dans notre nouveau chez-nous! Les mêmes meubles y sont, mais le décor a changé quelque peu. Reste quelques cadres à poser, mais sinon l'essentiel y est. Au plaisir de vous y retrouver: lescoureursdesboires.com




27 oct. 2013

Les classiques de Tokyo


Les fleurs de cerisier au printemps, les innombrables enseignes lumineuses, les métros bondés de travailleurs cravatés... les classiques de Tokyo émerveillent depuis longtemps les nouveaux visiteurs venus se dépayser dans la capitale nippone. Et on pourrait dire la même chose de quelques établissements brassicoles de la mégalopole depuis environ cinq ans. Avant la croissance fulgurante du nombre de bars à bière spécialisée, il y avait, un peu à l'extérieur du centre-ville, une poignée d'estaminets qui mettaient en valeur la ji-biru, ou bière artisanale locale, de façon spectaculaire. Même si certains connaisseurs locaux semblent délaisser ces établissements au profit de bars à la sélection plus éclectique, ces parents de la scène brassicole locale demeurent des incontournables. Même que certains d'entre eux peuvent toujours se vanter d'offrir la sélection la plus large de ji-biru au Japon!

Popeye's, près de la station Ryogoku

Voici le grand-père de tous les bars à bière spécialisée de Tokyo, jadis le Saint-Graal de toute la scène brassicole asiatique. Bien que moins 'sexy' que les tous jeunes Goodbeer Faucets et Devil Craft, pour ne nommer que ceux-là, Popeye est toujours celui qui est muni du plus grand nombre de fûts (près de 70!). Qui plus est, la majorité de ces fûts proviennent de brasseries japonaises de qualité. Le Popeye's fait peut-être affaires avec les mêmes fournisseurs depuis toujours (en effet, notre première visite en 2007 était très peu différente de celle de 2013 au niveau du menu), il reste que c'est probablement le seul endroit en ville où on est certain de pouvoir trouver au moins une bière de la très bonne brasserie Hidatakayama, ainsi que quelques offrandes d'Outsider Brewing (de l'ancien brasseur de Hakusekikan). Le Popeye's demeure une visite essentielle pour les amateurs de bière de qualité, facilement combinée d'ailleurs à une visite du quartier Ryogoku, là où les lutteurs sumo s'entraînent dans de petites pièces tout près du stade du quartier.

Kura Kura Ji-Beer House, près de la station Kanda

Cet élégant petit bar et restaurant, plus japonais que la moyenne des bars à bière au pays du soleil levant, est une institution en ville. Bien qu'il soit récemment déménagé dans ces nouveaux locaux à l'aura un tantinet huppée, la sélection de ji-biru impressionne toujours et le service amical et professionnel nous donne le goût de revenir. Les serveurs et menus en anglais brillent de par leur absence. Remarquez que si le manque de caractères lisibles ne vous charme pas, le Devil Craft et presque sur le même coin de rue. Même si le Kura Kura peut paraître plus hermétique aux étrangers, n'est-ce pas ce qu'un voyageur de la bière recherche, c'est-à-dire une expérience authentique et non rafistolée pour plaire aux gaijins?

Towers, près de la station Tokyo

Le concept du standing bar étonne habituellement les étrangers lors de leur premier périple au Japon. Essentiellement créé dû au manque d'espace et au prix exorbitant des loyers dans les grandes villes du pays, ce type de bar sans tabourets et d'environ la même envergure qu'un garde-robe 'walk-in' rassemble une poignée de clients le temps d'une bière ou deux. Cheminant entre bureau et restaurant, ou entre bureau et station de métro, le standing bar sert d'arrêt facile pour assoiffés désirant boire une pinte rapidement. Une idée similaire à celle du schwemm en Franconie allemande, par exemple. Au Towers, il y a presque autant de bières en fût qu'il y a de personnes pouvant se tenir épaule à épaule au bar. Et les prix sont bas pour Tokyo en plus.

Ushitora, près de la station Shimokitazawa

Avec le Popeye's, le Ushitora était au début de la révolution microbrassicole japonaise un des porte-étendards du mouvement à Tokyo. Une longue liste de fûts de microbrasseries japonaises avec quelques importations dans un décor étrangement sobre. Les propriétaires possèdent maintenant un 'standing bar' à deux portes du premier Ushitora, avec une série de fûts différents. Au bonheur de tous, on peut commander du menu du standing bar même si nous sommes attablés au bar original. Le quartier de Shimokitazawa n'est pas au centre du Tokyo, mais il reste facilement accessible en métro.

Shinshu Osake Mura, près de la station Shinbashi

Ce minuscule magasin tiré tout droit des années '60 appartient au gouvernement de la préfecture de Nagano et existe uniquement que pour promouvoir les divers alcools et produits typiques à cette région montagneuse du centre du Japon. En plus d'être une expérience mémorable (ce n'est pas à tous les jours qu'on peut se transporter visuellement dans un passé japonais afin d'y boire un verre), on peut y découvrir quantité d'élixirs et de conserves toujours plaisantes à déboucher... sans être capables de reconnaître son contenu, évidemment.


Dans le cadre du prochain billet de notre guide de voyage brassicole au Japon, nous vous transporterons vers Osaka, une autre grande ville nippone à avoir vécu une explosion de bars à bière spécialisée dans la dernière décennie!

22 oct. 2013

Le néophyte et le vétéran

Le néophyte, et cela justifie peut-être son regard euphorique permanent face à la découverte de la bière artisanale, fait face à une forêt entière. Il en oublie parfois d’apprécier l’arbre.
- Les Coureurs des Boires, circa 2013

La bière et moi formons un vieux couple. Nous nous sommes fréquentés pour une grande partie de ma vie. Bien que j’estime avoir trouvé un certain équilibre entre les dégustations folles, les visites fréquentes des brouepubs, les voyages brassicoles aussi souvent que possibles, cette entreprise hautement rentable qu’est la rédaction d’ouvrages brassicoles et le petit reste que nous pourrions appeler la vie, j’éprouve à l’occasion une nostalgie par rapport à certains grands moments. La nostalgie est toujours de courte durée. En effet, quoi de plus naturel que de se remémorer, la bave au menton, nos expériences les plus mémorables et par définition, rares. La première Orval, la première Saison Dupont et, dans une mesure très moindre, la première baguette de chez Première Moisson.

Ces événements laissent des traces. Quand on remet nos trop vieilles lunettes de néophyte, le monde redevient soudainement si grand, les possibilités infinies, qu’il peut être difficile d’admettre qu’une expérience toute en subtilité revêt une certaine importance. Le néophyte peut plonger tête première dans une mare d’amertume, une mare de noirceur, pourquoi s’intéresserait-il à des notions aussi subjectives, aussi futiles que la subtilité.

Nous avons là la mise en place ultime pour une expérience humaine. Prenez un ou deux Coureur(s) des Boires – entre autres défauts, amateurs de fraîcheur, de lagers blondes délicates – et un ou deux dégustateur(s) qui s’avèrent détatoués des impressions des Molson et des Labatt au point où ils ne veulent plus se risquer à commander une bière blonde.

Faisant face à ce qu’ils jugent être une bière correcte (une Birrificio Italiano Tipopils, tiens!), mais sans plus, les détatoués se montreront sans pitié. « Bof, c’est pas mal fait dans le genre, mais ça reste plate. Moi, les lagers blondes… c’est surtout pour accueillir la belle-famille et lui faire boire autre chose que de la Sleeman. Ça goûte juste pas grand-chose ».

Sur la table d’en face, les Coureurs ne se peuvent plus : « Oh wow, c’est tellement bon, le malt est tellement bien extrait, et cette texture, qui est simplement parfaite, croustillante à souhait et soulignant à grands coups de crayons permanent toute la noblesse des houblons ici impliqués. Du grand art. » Le détatoué, selon qu’il soit influençable ou non, changera alors d’avis ou se renfrognera.


La prochaine bière, une Imperial Stout vieillie en fût de bourbon, excitera le poil des jambes des détatoués avant même qu’ils aient entraperçus son goulot recouvert de cire. Alors là, c’est l’extase. « Woh! Woh! La cire, trop hot, fallait y penser quand même. Je ne dis pas que ça va être la meilleure bière de tous les temps, mais c’est une candidate ». Le coureur cynique cache son sourire en coin « Pfft, pas un autre, la cire, ça fait tellement 2002 ». À l’ouverture de la bouteille, le coureur ne cache plus sa déception « Ouin, pas si pire, mais j’ai déjà goûté cette bière 100 fois sous des noms différents ». Le détatoué, atteint l’euphorie « Ayoye! C’est pas possible comme c’est complexe. C’est juste trop parfait ce breuvage. Ta yeule le coureur, laisse-moi apprécier ce chef d’œuvre. »



Le dégustateur expérimenté, et cela justifie peut-être son inattention à ce qui se passe dans sa propre cour, tend à s’astreindre à un territoire gustatif somme toute bien limité. Il en oublie souvent l’émerveillement inhérent à chaque découverte ou redécouverte, grosse ou petite. - Les Coureurs des Boires, circa 2023

15 oct. 2013

Deux dernières soirées pour notre brouepub ambulant


Notre tournée de prélancements s'arrête maintenant à Montréal, ou plus précisément au Vices et Versa, ce mercredi 16 octobre. Dès l'ouverture, vous pourrez déguster une panoplie de bières de grand calibre, en plus de découvrir nos bières gastronomiques conçues spécifiquement pour ces journées épicuriennes. Voici sans plus tarder le menu brassicole des plus orgiaques que le réputé bar spécialisé nous a monté pour la soirée:

En fût:
1 Blonde Claire (alchimiste)
2 APA (Dunham)
3 Leo's Early Breakfast (Dunham)
4 Saison Framboise Zinfandel (Dunham)
5 Saison Rustique (Dunham)
6 Double Dose West Coast IPA (Dunham)
7 4 Surfers de l'Apocalypso White IPA (TDD)
8 Sang d'Encre (TDD)
9 Big Ben Porter (brasseurs du Monde)
10 Ma Forêt (Coureurs des Boires/Dunham)
11 Ma Jungle (Coureurs des Boires/TDD)
12 Ma Gâterie (Coureurs des Boires/ BDT)
13 Mon Oasis (Coureurs des Boires/ Siboire)
14 Ma Chaumière (Coureurs des Boires/ HO:ST)
15 Dominus Vobiscum Blanche (Charlevoix)
16 Kellerbier (3 mousquetaires)
17 Chi (br. De MTL)
18 Ostalgia Rousse (HO:ST)
19 End of the Trail (HO:ST)
20 IPA Américaine (Pit caribou)
21 Yakima IPA bio (le castor)
22 Moralité IPA (DDC)
23 Corps Mort (a l'abri de la tempête)
24 APA sans gluten (glutenberg)
25 Péché Mortel (DDC)
26 le Léger: Cidre Blond (Casa Breton)
27 CID rosé (vergers de la colline)
28 CID cuivré (vergers de la colline)
29 Coop V (À la Fût)
30 Impériale aux fruits (TDD)
31Oude Brown Bourbon Ale (Pit caribou)
32 Mackroken Flower (bilboquet)

En cask (gazéification naturelle):
33 Double Dose West Coast IPA (Dunham)
34 APA (Dunham)
35 Leo's Early Breakfast (Dunham)
36 Yakima IPA Bio (le Castor)

En bouteille:
Double IPA (Moylans)
Invasion IPA (Mikkeler/Anchorage)
Fous Alliés (TDD/Beau's)
Punkrauch (TDD/Johnny Wright)
Rhythm & Blues (de Molen)
Hemel & Aarde (de Molen)
Taras Boulba (br. De la senne)
Oude Gueuze (Oude Beersel)
Vermontoise (Blaugies/Hill Farmstead)
Saison Réserve (Dunham)
Imp Stout Russe (Dunham)
Lapatt Porter Robuste (Dunham)
Saison Framboise Zinfandel (Dunham)
Saison Rouge d'Automne (Dunham)

Notre coffret 'Les Saveurs Gastronomiques de la Bière' sera bien sûr en vente, au coût de 60$ taxes incluses. Nous prévoyons commencer cette vente vers 16h et continuer jusqu'à ce que notre soif soit apaisée. ;)


UNE SOIRÉE HAUTE EN SAVEURS AU SIBOIRE
La dernière chance de goûter à nos cinq bières gastronomiques au même moment sera samedi prochain, le 19 octobre, au Siboire, à Sherbrooke. À partir de 17h (sauf 19h pour Ma Chaumière), vous pourrez déguster ces créations aux côtés d'autres bières spéciales du Siboire (un petit oiseau nous a dit que leur Barley Wine de Noël ferait une apparition surprise). De plus, pour les gourmets les plus rapides, un menu spécial sera offert pour souper. Ce menu (voir ci-dessous) est offert pour 50$ taxes incluses. Vous pouvez réserver maintenant en téléphonant au Siboire tous les jours à partir de midi. 

Entrée:
Trio d'huîtres 3 saveurs, servies avec 4 oz de Ma Chaumière, Ma Forêt et Ma Jungle.

Plat principal:
Brandade de Morue coco litchi, Rouleau de printemps aux crevettes et verdure au géranium, servis avec un 14 oz de Mon Oasis

Dessert:
Tuiles aux pistaches, mousse aux poires et coulis de chocolat servis avec 5 oz de Ma Gâterie.

À noter que la soirée est ouverte à tout le monde et vous n'êtes surtout pas obligés de manger la même chose que nous. Au plaisir de vous y voir, à partir de 17h!


9 oct. 2013

Une fin de semaine divine


Samedi et dimanche, les 12 et 13 octobre, sera une fin de semaine inoubliable pour toutes papilles en quête d'émotions fortes. Mieux vaut commencer à pratiquer votre levé de la fourchette tout de suite afin d'éviter l'épuisement. Le coude qui s'y rattache en bénéficiera sûrement du même coup d'ailleurs; tant mieux puisqu'il y aura plusieurs bières hautes en saveurs à déguster!

 

Tout d'abord, nous vous invitons à un prélancement du coffret Les Saveurs Gastronomiques de la Bière qui se tiendra samedi le 12 octobre prochain au bar le Bateau de Nuit, de Québec. Pour débuter la soirée, dans une formule 4 à 7, les 5 bières brassées exclusivement pour le lancement seront accompagnées de 5 bouchées concoctées par le savant fou Vlad Antonov. Pour la modique somme de 30$, les chanceux ayant pu réserver une place à temps aurons la chance de se délecter du menu suivant:

1er service:
Avec Mon Oasis : Croquettes de courgette et mayonnaise au citron confit; salade fraîcheur 100% lilanol.

2e service:
Avec Ma Forêt : Saumon faroen (de chez JEF Poissonnerie) façon gravlax aux baies de genièvre et poivre des dunes; caviar d’érable; granité de thé du Labrador et gingembre. 


3e service:
Avec Ma Chaumière : Tataki de bœuf de chez Eumatimi version Fût de chêne ; purée de betterave à la vanille; croustille moderne au pimenton fumé.


4e service:
Avec Ma Jungle : Parfait aux fruits déstructurés.


5e service:
Avec Ma Gâterie : Chantilly 100% chocolat et thé fumé; crème d’érable et tuile de caramel au beurre.

Les places sont bel et bien limitées pour le souper, mais le bar ouvrira par la suite à tous à partir de 19h. Nos 5 bières hors du commun seront également de la partie jusqu'au petit matin. 


ET CE N'EST PAS TOUT!!


Le dimanche 13 octobre, notre tournée de prélancements de notre coffret Les Saveurs Gastronomiques de la Bière atteindra la Mauricie! Plus précisément, Le Trou du Diable, brasserie artisanale de Shawinigan dont la réputation n'est plus à faire. 


Pour l'occasion, Franck Chaumanet, chef du Trou du Diable, et son équipe nous proposera un menu unique à la carte.Prière de réserver rapidement au 819-537-9151 si vous voulez vous joindre à nous sur l'heure du souper! Il vous sera possible de choisir ce que vous voulez parmi les choix suivants:

Entrées :
• Mousse de foie de volaille, champignons marinés.
• Saumon mariné, légumes racines, crème sure.
• Salade de gésiers et magret fumé de canard, tomates, fêta de brebis.
• Morilles au pesto, pain grillé, mousse de ris de veau.
• Soupe à l’oignon à la Dulcis Succubus, pancetta, fromage baluchon.
• Croquette de têtes fromager frites, jeune laitue, sauce gribiche.
• Échine de cochon grillée, choux, réduction d’un fond de homard.

Plats :
• Saucisse Maison, purée de pommes de terre, sauce forestière, légumes verts.
• Steak frites, sauce aux poivres.
• Salade TDD, gravlax de truite, chèvre frais, betteraves et oignons marinés, cheddar, mesclun.
• Choucroute Garnie TDD, marinades de légumes.
• Braisé de Macreuse de bœuf en croûte, bière, petits légumes de saison.
• Grill Cheese du Brasseur : pain brioché, saucisse fumée, compote de pommes, Louis d’or, salade de choux.
• Côtes levées du diable, mijoté dans la Sang d’Encre, sauce BBq, salade Caesar, Frites.
• Carpaccio de cerf, vinaigrette à l’orange, purée de poivrons, Louis d’or, cresson.
• Tartare de Bison, frites.
• Gnocchi, purée de courge, tomates confites, canard, ricotta.
• Poisson du jour

Desserts :
• Fondant au chocolat.
• Petit pot de crème au chocolat.
• Crème brûlée TDD.
• Dessert du jour.

Et pour faire descendre tout ça? Nos 5 bières gastronomiques seront bien évidemment de la partie, ainsi qu'une sélection de bières signées André Trudel, maître-brasseur du Trou du Diable. Des accords bière et mets vous seront d'ailleurs proposés sur la carte du jour.

Au plaisir d'en prendre une avec vous!

30 sept. 2013

Mon Oasis, collaboration avec le Siboire

Cette cinquième bière collaborative inspirée de certains concepts évoqués dans notre coffret de deux livres intitulé Les Saveurs gastronomiques de la bière sera servie à nos cinq évènements du mois d'octobre. Sans plus tarder, nous vous présentons:

MON OASIS
La sècheresse d'un désert. Quelques fleurs exotiques et la promesse d'un rafraichissement. Un oasis en bonne et due forme, quoi.

Le processus créatif: L'objectif de cette bière était multiple. Entre autres, nous nous sommes donnés deux défis techniques: 1) brasser une bière la plus sèche possible sans l'utilisation d'adjuvants très fermentescibles ou de levures sauvages et 2) isoler la molécule 'géraniol' du houblon choisi, créant donc un arôme floral non obstrué par d'autres parfums de résines ou d'agrumes.

Flaveurs dominantes: Fleurs, feuilles et petits fruits.

Couleur: Blonde

Alcool: 5,8%

Ingrédients dominants: Malts pilsener, houblon Bravo, levure belge.

Amertume: Modérée

Sucres résiduels: 90% d'atténuation (bière sèche)

Pourquoi n'indiquez-vous pas le style de cette bière? : Parce qu'il n'y en a pas, tout simplement. Chaque bière collaborative pour nos cinq lancements a été conçue en visant des saveurs précises et non un style imposé par la tradition. Des ingrédients (types de malts, de houblons) et des méthodes (empâtage, fermentation, etc.) qui ne se côtoient presque jamais ont été juxtaposés afin de construire des profils aromatiques, des saveurs et des fins de bouche harmonieuses. En espérant que vous apprécierez! :)

PS. Vous trouverez les descriptions de nos cinq bières gastronomiques au milieu de cette page.

25 sept. 2013

Lancement du 5 octobre et Ma Gâterie, collaboration avec Brasseurs du Temps

C’est samedi le 5 octobre que quelques dizaines de privilégiés pourront se targuer de mettre la main sur Les Saveurs Gastronomiques de la Bière en primeur mondiale. Le livre ne sort en librairie qu’à la fin octobre et outre la possibilité de l’acheter avant tout le monde, un rabais substantiel sera offert par rapport au prix de détail suggéré.

Le premier de notre série de cinq lancements provinciaux se tiendra aux Brasseurs du Temps (BDT), à Gatineau. Les joyeux lurons de BDT vous promettent une soirée cochonne pour tous les sens. Car c’est en effet autour d’un porc préparé façon méchoui que les convives s’attableront. Il n’est pas impossible que la mémoire de l’humble animal soit honorée par la voie de généreux versements de Ma Gâterie, la bière-thème de la soirée, concoctée par BDT en collaboration avec Les Coureurs des Boires.

Pour participer aux festivités, les convives devront se procurer un billet chez BDT pour la modique somme de 35$. En plus du souper-méchoui, le billet comprendra une dégustation animée (à choisir parmi trois représentations respectivement vers 16h, 19h et 21h15) des cinq bières-collaborations développées par Les Coureurs des Boires en partenariat avec des brasseries réputées du Québec, ainsi qu’un spectacle des Gazeux.

Profitons de l’occasion pour vous présenter Ma Gâterie, la bière : collaboration entre BDT et Les Coureurs des Boires...



MA GÂTERIE
Pour des raisons de santé, c'est une bière qu'on ne peut pas prendre souvent. Mais on se pourlèche les babines à chaque fois qu'on y pense... Après tout, c'est une gâterie!

Inspiration: Cette récente tendance en chocolaterie à faire des barres de chocolat noir parsemées de bacon ou de sel.

Le processus créatif: Le défi ici était d'intégrer le sel à un mélange de céréales qui se concentrait sur les notes chocolatées et caramélisées. Donc pas celui d'un Stout ou d'un Porter nécessairement, mais plutôt des malts qui visaient uniquement les flaveurs de chocolat et de caramel (il n'y a pas de saveur rôtie dans une barre de chocolat, vous en conviendrez). Pour se rapprocher de la touche du bacon, le sel a été fumé et ce, aux Brasseurs du Temps même.

Flaveurs dominantes: Chocolat, caramel, sel fumé

Couleur: Brun foncé

Alcool: 4,8%

Ingrédients dominants: Malts Carafa II Dehusked, malt fumé à la tourbe et malt caramel 40, ainsi que sel fumé maison.

Amertume: 40 IBU

Sucres résiduels: Aussi riche qu'une barre de chocolat pas santé du tout. En d'autres mots, aussi vulgaire qu'un certain Dominique Gosselin en grande forme... ;)

Pourquoi n'indiquez-vous pas le style de cette bière? : Parce qu'il n'y en a pas, tout simplement. Chaque bière collaborative pour nos cinq lancements a été conçue en visant des saveurs précises et non un style imposé par la tradition. Des ingrédients (types de malts, de houblons) et des méthodes (empâtage, fermentation, etc.) qui ne se côtoient presque jamais ont été juxtaposés afin de construire des profils aromatiques, des saveurs et des fins de bouche harmonieuses. En espérant que vous apprécierez! :)


22 sept. 2013

La nouvelle vague des bars à bières de Tokyo - 2e partie

Pour lire les premiers articles de ce guide de voyage brassicole sur le Japon, cliquez ici.


Normal qu'on ait soif après avoir regardé, ébahis, ces Japonais attriqués en rockabillies danser approximativement au son tonitruant de musique américaine des années '50 dans le parc de Yoyogi. Heureux hasard, la scène brassicole de Tokyo comporte maintenant une variété étonnante d'établissements où il fait bon se divertir les papilles. Voici donc davantage de bars à bière de spécialité qui ont vu le jour dans la capitale dans les cinq dernières années.

Brimmer Brewing, près de la station Omotesando

Sans aucun doute un des bars à bière de qualité les plus étranges de Tokyo, ce 'salon de dégustation' de la petite Brimmer Brewing (prononcez Bu-ri-me Belu-ing pour vous faire comprendre auprès des amateurs japonais) est en réalité... un conteneur! Installé comme si de rien n'était sur le bord d'un trottoir, comme tout bâtiment commercial habituel, on peut y déguster généralement trois ou quatre bières de ce microbrasseur aux allégeances britanniques. Lorsque la température le permet, on peut même monter sur le toit du conteneur afin de s'y asseoir sur la 'terrasse'.  Situé en plein centre du quartier commercial haut de gamme d'Omotesando, voici un arrêt loufoque qui risque d'être mémorable l'espace d'un verre ou deux.

Ant'n Bee, près de la station Roppongi

Surprenante découverte ce minuscule bar de sous-sol dans le quartier dévergondé de Roppongi. La sélection intelligente de ji-biru représente une variété de styles, souvent de microbrasseries réputées et le service amical et efficace aide à effacer le stress qui peut nous atteindre à pénétrant l'endroit; on croirait effectivement tomber sur un bar privé pour personnes qui ne veulent pas se faire déranger. En bout de ligne, c'est l'impression que nous gardons du Ant'n Bee en y ressortant, même si visuellement rien n'est fait pour attirer la clientèle. L'expérience gustative et humaine est vraiment d'une qualité supérieure.

Pub Edo, près de la station Tokyo

Propriété de la très bonne brasserie Swan Lake de la préfecture de Niigata, ce bar jazz plus élégant que la moyenne des établissements brassicoles nippons fait tout pour vous impressionner: beaux verres ballon sans pied, longue ardoise de bières maison de grande qualité, liste alléchante de fûts invités de partout au Japon, noms de chaque brasseur écrit aux côtés de sa bière en vedette, piano en sourdine, bouchées raffinées à se mettre sous la dent... et des prix qui reflètent cet aura de luxe décontracté. Seul bémol, relié à ces prix d'ailleurs: les bières fortes de Swan Lake sont excessivement chères ici. Mais ce quartier à côté de Tokyo Station est réputé pour être très dispendieux, alors on s'y fait, le temps d'un verre ou deux.

Devil Craft, près de la station Kanda

Les deep-dish pizzas originaires de Chicago font courir les expatriés vers ce bar à trois étages étroits; il faut d'ailleurs réserver à tout coup pour espérer y trouver un siège ou une table à laquelle s'installer. Plusieurs microbrasseries américaines y offrent des bières en fût, des états de la côte ouest plus souvent qu'autrement. Les conditions des bières décevaient à l'occasion à notre passage (gazéification parsemée mais piquante, toutes les bières avaient le même corps, peu importe leur taux de sucres résiduels et leur teneur en alcool), mais la sélection et la qualité de la pizza nous donne le goût de retourner à chaque visite dans le quartier. Astuce: si vous n'avez pas réservé et que la foule vous oblige à boire une pinte debout dans les escaliers entre les étages, sachez que le Kura Kura, un très bon bar à ji-biru, se trouve à quelques pas du Devil Craft.

Himalaya Table, près de la station Kanda

Qu'est-ce qu'un excellent restaurant népalais et la scène microbrassicole japonaise ont en commun? Le rêve d'un couple, tout simplement. Ici, sous une tête de chevreuil entouré de larges lettres illuminées épelant le mot B-E-E-R, vous pouvez accompagner votre piquant poulet tandoori d'une dizaine de bières japonaises en fût de bon calibre. Un repas rare à Tokyo et une alternative fort inspirante pour ceux qui ne sont pas venus au Japon pour manger des deep-dish pizzas à l'américaine...


Lors du prochain billet, nous vous présenterons les adresses de la mégalopole où tout a commencé. Nous vous présenterons les classiques de la ji-biru de Tokyo!

18 sept. 2013

Ma Jungle, collaboration avec Le Trou du Diable

Lors de nos lancements de livre de l'automne, nous vous présenterons cinq bières de notre cru, bières qui ont été conçues selon quelques principes évoqués dans "Les saveurs gastronomiques de la bière". Chaque bière a été créée en collaboration avec un maître-brasseur québécois de renom. Voici la troisième que nous pouvons vous présenter:


Ma Jungle

 Cette bière se veut une épopée tantôt venimeuse, tantôt rafraîchissante. Une seule chose est certaine: elle forcera vos papilles à se tenir sur leurs gardes tout en écarquillant votre esprit gustatif.

Inspiration: En gastronomie, il est fréquent qu'un plat communique un arôme qui ne se retrouve pas en bouche, une fois la dégustation amorcée. Cette bière est issue de ce concept. Imaginez donc un yogourt nature sur lequel repose une salade de fruits tropicaux. En approchant votre nez de la coupe, vous percevrez surtout les fruits. En prenant une bouchée sur les côtés, vous goûterez au yogourt nature. Les deux seront harmonieux même s'ils ne partagent pas le même profil gustatif du tout. Nous prétendons que le même coup de théâtre peut être réussi dans l'univers de la bière. :)

Le processus créatif: Cette bière est issue de discussions avec André Trudel, maître-brasseur du Trou du Diable. Le travail a ensuite été effectué de main de maître par plusieurs membres de l'équipe du Trou du Diable (notamment Micho dans la salle de brassage et Marylou pour la culture en laboratoire des lactobacilles). Et ça ressemble à quoi cette bière? En quelques mots, vous aurez droit à un parfum qui fait croire à une Pale Ale houblonnée généreusement de cultivars du Nouveau Monde mais à des saveurs issues entièrement du monde des bactéries acidifiantes. Les deux seront coupés l'un de l'autre de façon nette, tout en révélant une surprenant harmonie lorsque le nez du dégustateur conversera avec ses papilles.

Flaveurs dominantes: Poire jaune, noix de coco, agrumes, yogourt nature

Couleur: Jaune paille voilée

Alcool: 3%

Ingrédients dominants: Lactobacilles, flocons de riz, malt Pilsener, houblon Calypso

Amertume: Inexistante!

Sucres résiduels: 1,4 degrés Plato (bière sèche)

Acidité: pH de 3,7 (relevée, sans être de l'intensité d'un lambic traditionnel, par exemple)

Pourquoi n'indiquez-vous pas le style de cette bière? : Parce qu'il n'y en a pas, tout simplement. Chaque bière collaborative pour nos cinq lancements a été conçue en visant des saveurs précises et non un style imposé par la tradition. Des ingrédients (types de malts, de houblons) et des méthodes (empâtage, fermentation, etc.) qui ne se côtoient presque jamais ont été juxtaposés afin de construire des profils aromatiques, des saveurs et des fins de bouche harmonieuses. En espérant que vous apprécierez! :)

16 sept. 2013

Les lancements de notre coffret 'Les Saveurs gastronomiques de la bière'


Sans plus tarder, voici les dates des cinq lancements de notre coffret de deux tomes intitulé Les Saveurs gastronomiques de la bière.

-Samedi, 5 octobre, aux Brasseurs du Temps, à Gatineau (avec méchoui des plus cochons) 
-Samedi, 12 octobre, au Bateau de Nuit, à Québec (avec accords moléculaires signés Vlad Antonov)
-Dimanche, 13 octobre, au Trou du Diable, à Shawinigan (avec accords luxueux signés Franck Chaumanet, chef du TDD)
-Mercredi, 16 octobre, au Vices et Versa, à Montréal (avec ardoise-bière décadente)
-Samedi, 19 octobre, au Siboire, à Sherbrooke (soirée de la mer)

Les détails de chaque lancement vous seront communiqués sous peu. C'est aussi à chacun de ces lancements que vous découvrirez les bières gastronomiques que nous avons conçues en collaboration avec certains des brasseurs les plus réputés du Québec:

Pour de plus amples informations à propos de ce nouveau guide épicurien des nôtres, veuillez visiter cette page où on peut même visionner une superbe vidéo présentant l'oeuvre.

Au plaisir de vous rencontrer à un, ou même plusieurs, de ces soirées de lancement!


11 sept. 2013

Si on n'aime pas une bière, c'est souvent de notre faute...

C'est un grand moment de dégustation. Paul a reçu une bouteille d'un supposé "Grand Cru" d'un ami revenant de Californie et c'est aujourd'hui qu'il la débouche. Avec des amis, il la dégustera dans la joie et l'allégresse. Du moins, c'est ce qu'il avait prévu faire. Voyez-vous... une fois les lèvres plongées dans le liquide, il devient immédiatement perplexe. Une, deux, trois petites gorgées chacun, puis c'est l'hécatombe dans le groupe. "Bien moi, elle me déçoit vraiment"... "Elle est bof, mais sans plus"... "En tout cas, elle n'est pas aussi bonne que X"..."C'est la première fois que j'y goûte, mais je ne comprends vraiment pas ce que les autres y trouvent??"... Des répliques qui s'empresseront de se retrouver sur un forum internet, bien évidemment.


La bière en bouteille est fragile, c'est bien connu. Outre le travail de la brasserie (brassage, embouteillage, distribution, etc.) et celui du détaillant (conditions d'entreposage), il reste que le dégustateur de bière demeure plus souvent qu'autrement responsable d'une partie importante de son expérience gustative. Eh oui, c'est souvent de notre faute si on n'aime pas une bière. Et pourquoi donc? Voici quelques pistes qui pourraient aider à trouver la cause de cette insatisfaction:

Est-ce que votre palais était en état d'éveil complet?
En d'autres mots, aviez-vous mangé, ou même bu, quelque chose avant de déguster votre bière qui aurait pu influencer vos perceptions? Idéalement, il faudrait que le palais ait été nettoyé par l'eau et/ou la salive pendant au moins une bonne heure (sinon plus, en cas de repas aux saveurs prononcées) avant une dégustation sérieuse. Certains disent que le meilleur moment d'une journée pour déguster est l'avant-midi. Nous ne sommes pas vraiment d'accord, pour plusieurs raisons, et préférons vous suggérer de déguster lorsque votre salive aura repris le contrôle complet de votre palais et de vos papilles. 

Solution facile: si c'est la première fois que vous dégustez la bière prisée en question, donnez-lui une chance et consommez-la en début d'apéro, là où votre palais risque d'être bien frais. De plus, c'est habituellement à ce moment que votre faim commence à vous tenailler. Vos sens de l'odorat et du goût devraient donc être en état d'alerte maximal.

Avez-vous utilisé un verre adéquat?
Une bière d'inspiration belge, à la gazéification très active (au-delà de 3 volumes de CO2), ne se comporte pas aussi bien lorsqu'elle est servie dans un verre à la base trop étroite, devenant furieusement mousseuse. D'autres bières, à la gazéification douce, deviennent plate rapidement dans un verre trop évasé (un calice, par exemple). 

Solution facile: se munir de verres INAO et ensuite verser tranquillement afin de témoigner de la vitesse à laquelle la mousse se forme.


Avez-vous versé toutes les levures dans le verre?
Certains types de bière demandent à être servies avec la lie (la Weissbier allemande, par exemple). D'autres gagnent en raffinement si on laisse décanter la levure en réfrigérant la bouteille en position debout pendant plusieurs heures avant de l'ouvrir. Un trop plein de levures dans le verre pouvant masquer certaines subtilités de la bière, vaut mieux procéder avec caution avec une bière qui est supposée être si géniale.

Solution facile: versez tranquillement votre bière dans le verre en observant non seulement la formation de mousse, mais aussi la clarté du liquide. Lorsque les levures commencent à couler dans le verre, arrêtez immédiatement de verser. Vous pourrez toujours les rajouter par la suite une fois avoir goûté au résultat sans levures.

Avez-vous servi la bière à une température qui la met en valeur?
On sait tous qu'une bière trop froide peine à libérer ses propres arômes et qu'une bière trop chaude peut paraître plus lourdasse qu'elle l'est à température optimale. S'agit de prévoir son coup un peu, surtout si nous sommes en présence d'un supposé grand cru!

Solution facile: avoir un petit cellier à température contrôlée ou sortir votre bière du réfrigérateur une bonne demie-heure avant de la servir.

Aviez-vous bu une bière tout juste avant? Si oui, était-elle d'intensité similaire ou plus relevée?
Une mauvaise séquence en dégustation peut réduire un grand cru potentiel en bière dont on ne se souviendra presque pas le lendemain. Il est donc important de penser au positionnement de cette bière en dégustation afin de lui donner les meilleures chances de réussir. 


Solution facile: ne procédez pas par incréments d'intensité. Votre palais ne ferait que s'habituer au niveau d'intensité de la bière précédente et vous risquez de percevoir la bière du moment comme étant beaucoup plus délicate qu'elle ne l'est vraiment. Faites donc vos dégustations en vous assurant que chaque nouvelle bière suit une bière qui lui était passablement différente. Vous venez de boire un Stout bien charnu? Vous pouvez passer, après vous avoir rincé le palais, à une Saison, une brune sure, etc. Bref, à une bière qui ne jouera pas dans les mêmes plate-bandes gustatives (sucrées, rôties, amères) du Stout. Elle se démarquera plus facilement ainsi.

Est-ce que votre échantillon était de volume suffisant pour le type de bière en question?
Une bière à intensité relevée ne nécessite pas un grand nombre de gorgées avant de pouvoir identifier ses flaveurs dominantes, mais une bière délicate, telle une Kölsch, une Bitter, une Tmavy, mérite de grandes gorgées puisqu'elle est conçue pour ne révéler ses nuances que petit-à-petit tout en étanchant la soif. Il serait injuste de juger une telle bière en s'y trempant les lèvres que deux ou trois fois.

Solution facile: en dégustation avec des amis, assurez-vous que vous avez un volume respectable pour chaque bière en fonction de son intensité. 660ml de Double IPA peut bien servir à 6-7 personnes, mais la même quantité d'une Helles ne devrait pas être séparée en bien plus que 3-4 personnes. 

Aimez-vous vraiment tous les styles de bière?
La question qui tue, hein? Soyez conscients que la bière possède l'éventail de flaveurs la plus vaste de tous les alcools de la planète. De chocolat à vinaigre de vin, de conifères aux fleurs, presque tout est possible grâce au merveilleux amalgame de malts, houblons, eau et levures. Se peut-il que vous n'aimez tout simplement pas quelques arômes dans la bière en question? Personne ne nous oblige à tout aimer de toute façon, n'est-ce pas?

Tout compte fait, il est évidemment possible qu'une bière réputée ne vous plaise pas et que la responsabilité repose sur le détaillant qui entrepose le tout ou sur la brasserie qui conçoit la dite bière. Mais au moins, au moment fatidique, si vous avez pris soin de vous offrir une expérience gustative optimale, vous serez mieux armés pour déterminer la raison avec laquelle la dite bière est si appréciée... des autres. ;)